Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Juif du Maroc

Juif du Maroc

Voilà un blog qui décrira et donnera un aperçu de la vie quotidienne de la Communauté Juive au Maroc d'aujourd'hui mais aussi d'antan. La vie de la communauté d'un aspect intérieur, du judaïsme marocain, du Maroc, via la vue personnelle de Marocains de confession Juive ou autre, dans leur pays.


Debdou La Juive

Publié par Georges SEBAT sur 8 Juillet 2014, 23:55pm

Catégories : #HISTOIRE & MEMOIRE

Ce n’est certes pas l’histoire de Debdou, que je vais vous faire lire, mais une lettre écrite par un envoyé spécial de l’Alliance Israélite Universelle, allé faire un rapport sur la ville en l’an 1927. Il s’agit d’un cliché d’une ville, connue pour être jadis, « Le Royaume Juif de Debdou ». L’histoire de la façon dont elle est rapportée ici, est typique du regard d’un émissaire de l’alliance. Mais elle est tout de même interessante dans sa description.

 

Georges SEBAT

 

Jeunes femmes juives de Debdou .

Jeunes femmes juives de Debdou .

A 54 kms au sud de Taourirt, se trouve Debdou. Cette ville au passé glorieux. Elle a été une ville juive par excellence, habitée par des juifs venus d’Espagne, lors de la conquête de ce pays par les arabes. « Debdou la Juive » comme on l’a appelé au 16ème siècle a occupé une grande place dans le mouvement intellectuel Juif du 15ème et 16ème siècle. Plusieurs rabbins, ont par leur science aussi bien religieuse que profane illustré cette époque qui a été un moment glorieux dans l’histoire du Judaïsme Marocain.

Ce sont leurs disciples qui ont été les plus grands Rabbins et Debdou est fière d’avoir, malgré les nombreuses persécutions des arabes, pu entretenir cet intense foyer religieux. Jusqu’à aujourd’hui, cette petite ville a eu l’honneur d’avoir donné naissance à bon nombre de rabbins  répandus un peu partout  surtout dans l’Afrique du Nord, et dont les plus vénérés, et les plus dignes de l’admiration générale sont : Rabbi Chelomo COHEN, Président du Tribuanl Rabbinique de Mazagan, et Rebbi BENSOUSSAN Aziz, Président du Tribunal Rabbinique de Mogador.

La région de Debdou diffère beaucoup de la région de Taourirt. Alors que celle-ci est brûlée par le soleil où toute culture et toute végétation sont impossibles, celle là réjouit les visiteurs. Le soleil est couvert d’un tapis de verdure, légumes, cultures et céréales. Le climat a même permis la culture de la vigne. Les oliviers de même y croissent. On se croirait en Provence.

Debdou a été occupée par les Français en 1910. Elle a été jusqu’à la fin de la guerre gouverné militairement. Aujourd’hui elle a une administration civile, dont le chef de contrôle civil est Mr Sevette.

Cette ville qui a longtemps été occupée par les Français n’a pas été du tout subi l’influence Française. Ses habitants au nombre de 3500 occupent un espace très réduit sur lequel s’élèvent de vieux bâtiments, qui malgré leurs dimensions réduites, sont habités par 2 ou 3 familles composées chacune de 8 à 9 membres. C’est ce qui explique que les maladies sont nombreuses. Chaque famille a une ou deux pièces au plus, très bien ornées d’ailleurs.

Arabes et Juifs sympathisent. Leur commerce est assez prospère en été, à l’époque de la maison et de la vente du bétail.

Nos coreligionnaires au nombre de 1500 sont tous pauvres et vieux. Ce sont ceux qui pour des raisons de santé ou de vieillesse ont été empêchés d’aller se créer une situation ailleurs. Leur commerce est presque insignifiant. La plupart sont des artisans. On voit des forgerons courbés du matin au soir, peiner pour gagner leur journée. Les femmes indigentes travaillent. Elles font des tapis et des couvertures réputés dans la région. Tous les jeunes se sont expatriés pour se créer une petite situation à Taourirt, à El Aioun, à Outat El Hajj, à Berguent et même à Oujda et Melilla. Ils y retournent aux grandes solennités. C’est pour cette raison que je voyais des Juifs habillés à l’européenne.

L’hygiène fait défaut dans cette région. Il y a bien une infirmerie indigène. Elle est peu fréquentée, elle est à 1.5 km de la ville. De plus nos coreligionnaires acceptent avec résignation toutes les maladies, qui sont envoyés par D’. Les maladies vénériennes, la teigne et la tuberculose ont fait et font des victimes en grand nombre (95% sont malades).

L’ignorance est assez répandue. La population scolaire est de 39 élèves, juifs et arabes. Cette fréquentation provient de ce que l’école est éloignée de la ville, et qu’il est difficile en hiver, sous la neige, de  parcourir 1.5 kms. Presque tous suivent des cours de guemara, de Talmud, dans les Heders, dont ils ne comprennent rien.

Pas un, n’a su m’expliquer la 1ère partie de la « Keriath  Chemah ». Ajoutez à tout cela, une parfaite ignorance en calcul.

Nos coreligionnaires sont dirigés par un Cheikh ou Président de la communauté, Mr Sion Marciano, de grande importance. J’ai vu ce monsieur qui m’a paru très instruit en matière de religion et très poli. Il est en rapport constant avec le contrôle, à qui il présente les vœux de la population. Il est très respecté et très écouté.

Ce qui m’a frappé à Debdou, c’est de voir une petite communauté où tous les membres vivent en bonne intelligence. Ce n’est pas comme à Taourirt où les Bensoussan méprisent les Cohen et réciproquement. Un rabbin des Bensoussan est aussi bien considéré des Marcianno, le rabbin de ceux-ci. Le nombre de synagogues est incompréhensible. J’en ai compté 14.

On peut dire que c’est un petit état dont le chef est le Cheikh. Tous assurent les services utiles à la collectivité. Ainsi de 20 à 45 ans, chaque fidèle, à moins qu’il veuille se faire remplacer, doit quand son rôle arrive, veiller au chevet d’un agonisant, d’autres doivent s’occuper de la toilette mortuaire.

Ce qui fait que les services de la communauté sont bien assurés, grâce à l’obéissance immédiate au Président de la Communauté. Trois grandes familles peuplent Debdou : Ce sont les Marcianno qui à eux seuls, comptent près de la moitié, les Cohen et les Benhamou. Les premiers sont fiers d’être d’origine espagnole. Ils viennent de la ville de Mursi, près de Madrid.

Le costume est le costume traditionnel, les hommes portent une djellaba noire le Samedi et la soutane noire pendant la semaine. Ils sont coiffés de la calotte tronconique noire, et ont gardé leur barbe et les « péoths ». Les femmes portent une robe noire rayée de jaune, et une espèce de blouse, aux larges manches et aux couleurs criantes. Elles se gardent bien de montrer leur chevelure. Une pièce d’or pend sur le front. Elles adorent les bijoux. C’est pour cela que les cadeaux de noces se font en pièces d’or. J’ai remarqué une jeune mariée qui portait un tour de cou en velours noir où étaient attachées des pièces de 10 et de 20 Frs Or, de Napoléon III.

Les mariages précoces existent ici plus qu’à Taourirt. C’est la seule chose qui m’a déplu énormément.

La religion est très observée ici. Personne ne se permettrait de se mettre à table sans s’être lavé les mains. « L’motsi » est dit à tous les repas. Personne n’oserait boire ou commencer à manger n’importe quoi sans dire une courte prière. La « Bircat Hamazone » termine le repas et prévient la patronne de la maison qu’elle peut servir le thé à la menthe.

J’ai quitté Debdou très triste. Je me rendais compte que c’est à nous, instituteurs de l’alliance que nous incombe le devoir d’aller transformer nos frères malheureux. La tâche sera rude, mais noble. L’instituteur qui ira à Debdou souffrira beaucoup, il faudra qu’il se ravitaille à Taourirt (pain, légumes,…), mais il sera béni par cette population très gentille, très accueillante qui lui rendra la vie plus agréable, et surtout par le seigneur. Le dévouement pour ceux qui souffrent est une belle chose. Seulement il faut trouver des jeunes gens. Je l’aurais fait volontiers si je n’étais pas resté une année à Taourirt, qui est tout à fait pareil. Le maître qui pourra être envoyé à Debdou ne sera pas tout à fait malheureux, s’il connaît l’hébreu. Il pourra étudier des manuscrits, fréquenter des « Guenizoths » et être utile à l’histoire juive. Son nom restera gravé dans la mémoire de ses malheureux frères, et dans l’histoire du Judaïsme s’il s’intéresse à son histoire et à sa littérature dont Debdou lui fournira des multiples occasions de l’illustrer.

 

Mr Eskenazy, le 29/04/1927.

Debdou La Juive

Commenter cet article

jema 11/05/2015 17:56

je suis une Etudiante au cycle doctoral j 'ais fait mon mémoire sur les juifs de debdou Si vous voulez plus d'informations sur les juifs de debdou tu peux me connecter moi

gasmi hassane 24/02/2016 14:50

jai besoin de ton memoire sur debdou.merci

solo 30/08/2015 09:30

Salam
J aimerais bien plus d informations sur les juifs de debdou puisque j ai autant cherché sans résultats
merci

debdou 12/06/2015 21:35

Je suis le président de la commune de debdou j'aimerais recevoir des documents historiques sur notre ville

kaliman 26/05/2015 16:48

Bonjour Jema. Je travaille sur le traitement d'un documentaire sur le Maroc; La ville de Debdou et son histoire ont retenu mon attention depuis la lecture de Charles de Foucauld et de sa "découverte"... Je serais très intéressé par la lecture de votre mémoire afin d'y trouver d'autres sources d'informations sur cette ville particulière au Maroc (roi de Debdou et ses origines, population juive non confinée au mellah, etc.). merci d'avance.

Gerard Louise 11/07/2014 21:28

Interessant, le ton est un peu "paternaliste" mais reflette assez bien la mentalite de l'epoque. Etonnant que l'auteur est trouve 14 synagogues mais en fin de compte, ma mere me disait que beaucoup de gens avaient leurs propres synagogues au Maroc...

Abdel BENZAÏR 10/07/2015 20:07

Bonsoir KALIMAN,
Moi aussi je travaille sur un documentaire à Debdou, Taourirt, Guercif et à Fès. Si vous souhaitez des infos, rentrer en contact avec moi. (je suis né à Guercif) A plus

Debdou 16/03/2015 21:33

Debdou ou ma mère arabe côtoyait et jouait avec des juifs. Par moment, il lui arrive de nous faire cette galette juive.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents